Globalement, les volumes de cargaisons de Loadlink ont atteint des niveaux inégalés depuis la mi-2018 avec le premier mois entier sans confinement dans certaines régions de l’Ontario, juste à temps pour une saison plus occupée. Le transport de marchandise prend de l’ampleur.

TORONTO – Le marché ponctuel au comptant canadien de Loadlink a connu les plus hauts volumes de cargaisons mensuels depuis juin 2018, au moment où l’obligation d’utilisation des dispositifs de consignation électroniques aux États-Unis diminuait le nombre de camions disponibles et que le nombre de cargaisons à transporter était en hausse. En comparaison avec février, le volume de cargaisons a augmenté de 33% en mars, cette hausse étant de 13% sur une base annuelle, comparativement à mars 2020. La fin des restrictions de confinement dans certaines régions du Canada, combinée à la légère poussée saisonnière observée habituellement en mars, a fait en sorte que le nombre de cargaisons à transporter atteigne le deuxième niveau le plus élevé pour un mois de mars dans l’histoire de Loadlink. Les affichages de matériel roulant ont aussi atteint un sommet inédit.

FAITS SAILLANTS DE MARS

  • Les volumes de cargaisons de mars ont atteint leur sommet au cours de la première semaine du mois et les volumes de fret sont demeurés à des niveaux élevés tout au long du mois.
  • Les volumes de cargaisons hebdomadaires après la première semaine sont demeurés solides puisque les volumes quotidiens moyens n’ont jamais descendu de plus de 5% par rapport à la moyenne de la première semaine.

FAITS SAILLANTS DU TRIMESTRE

  • Les affichages de cargaisons du premier trimestre (T1) de 2021 ont été en hausse de 14% par rapport au quatrième trimestre (T4) de 2020, tandis que les affichages de camions diminuaient de 3% au cours de la même période.
  • Les affichages de cargaisons du T1 de 2021 ont affiché une hausse de seulement 1% par rapport aux sommets pré-pandémie du T1 de 2020, alors que les affichages de camions augmentaient de 7% au cours de la même période.
  • Le ratio moyen de camions par cargaison du T1 de 2021 a fléchi de 13% par rapport au T4 de 2020, indiquant un resserrement de la capacité, mais c’était tout de même une hausse de 8% par rapport au T1 de 2020.

Comme Loadlink Technologies l’avait prédit, les volumes de cargaisons ont bondi après une forte reprise en février. La solide fin de février s’est poursuivie avec des gains notables en mars, qui a culminé avec des volumes record, jamais observés depuis la mi-2018, alors qu’une saturation de la capacité avait amené les volumes de cargaisons à inonder le marché ponctuel au comptant. Les réouvertures des économies et le boum escompté de l’activité des entreprises ont aussi fait en sorte que plus de camions se trouvent disponibles sur le marché ponctuel au comptant puisque les transporteurs se sont tournés vers ce marché pour profiter de l’influx de fret, marquant un nouveau record d’affichage de matériel roulant pour un mois de mars depuis que Loadlink compile ces chiffres. En raison de l’excellence performance de mars dans son ensemble, le premier trimestre de 2021 a même dépassé le premier trimestre de 2020 (pré-pandémie).

Malheureusement, en raison de nouvelles éclosions de coronavirus et de la troisième vague qui frappe le Canada, des mesures plus strictes ont été imposées dans plusieurs provinces, la situation étant la plus sérieuse en Ontario (la province canadienne la plus populeuse), suivie du Québec et de la Colombie-Britannique. Au moment d’écrire ces lignes, les volumes de cargaisons du début avril ont légèrement baissé puisque les volumes quotidiens moyens de la première semaine étaient 17% inférieurs à ceux de la dernière semaine de mars, le long week-end de Pâques faisant démarrer le mois d’avril à un rythme plus lent.

En raison du renouvellement des mesures de confinement et du nombre réduit de jours ouvrables, Loadlink Technologies prévoit que l’activité de transport sur le marché ponctuel au comptant canadien chutera par rapport aux chiffres extraordinaires de mars. Loadlink s’attend à des résultats mitigés pour le marché ponctuel au comptant canadien en avril puisque la rapide croissance économique aux États-Unis va faire grimper les volumes de cargaisons à transporter alors que, du côté canadien, la poursuite des mesures de confinement vont tempérer de telles hausses. L’accroissement de la disponibilité des vaccins à travers le Canada et la réouverture de l’économie après le confinement feront augmenter les dépenses de consommation ainsi que la croissance économique, ce qui pourrait se traduire par un influx de fret similaire à celui observé aux États-Unis.

Activité transfrontalière sortante

Les volumes de cargaisons transfrontalières sortantes en mars ont poursuivi la trajectoire ascendante  de février. Sur une base mensuelle, les affichages de cargaisons ont augmenté de 12% mais étaient néanmoins 16% inférieures à celles de mars 2020. La hausse du matériel roulant disponible s’est produite à un rythme similaire, avec des gains de 21% et de 23% sur une base mensuelle et une base annuelle respectivement.

Les trois corridors transfrontaliers sortants qui ont connu les plus fortes hausses de volume en pourcentage sur une base mensuelle ne figurent cependant au Top 40 des corridors affichant les meilleures améliorations en volumes absolus. Une fois de plus, l’Ouest canadien fait bonne figure. Ces trois corridors menaient tous à des États du Midwest en bordure de l’Ontario et étaient les suivants : Colombie-Britannique vers le Minnesota (+73%), Alberta vers le Wisconsin (+72%) et Alberta vers l’Illinois (+62%). Le quatrième corridor sortant le plus occupé a été celui de l’Ontario vers l’Alabama, avec 61% plus d’affichages qu’en février.

Activité transfrontalière entrante

Faisant contraste avec février alors que le transport transfrontalier entrant était pratiquement identique à celui de janvier, mars a connu une hausse significative de 42% de la marchandise à transporter. Mars 2020 avait également connu des volumes de cargaisons impressionnants, mais mars 2021 l’a surpassé puisque, sur une base annuelle, les cargaisons transfrontalières entrantes ont grimpé de 33%. Le gain net dans les volumes globaux de mars 2021 par rapport à mars 2020 a été particulièrement notable en raison de ces mouvements transfrontaliers entrants plus nombreux.

À l’exception des États du Maine, de l’Arizona et du Massachusetts, tous les États d’origine ont livré plus de marchandise au Canada qu’en février. C’est l’Ontario qui a accueilli le plus de ce fret entrant puisque dans le Top 10 des corridors transfrontaliers entrants, neuf étaient à destination de cette province. De façon plus particulière, les cargaisons provenant du Missouri ont plus que doublé avec une hausse de 113%. Parmi les autres marchés à destination de l’Ontario qui se sont démarqués, on retrouve le Texas (+77%), la Caroline du Nord (+75%), le Tennessee (+74%) et la Virginie (+71%). L’autre corridor qui complète le Top 10 est à destination du Québec, en provenance du Texas, avec 84% plus de cargaisons qu’en février.

Activité intra-canadienne

L’activité intra-canadienne a repris du tonus en mars, de façon similaire au transport transfrontalier entrant, même si les volumes ont été relativement stables sur une base annuelle (+2%). Sur une base mensuelle toutefois, les cargaisons domestiques ont grimpé de 36%. Toutes les grandes régions ont connu des hausses substantielles, tant pour les cargaisons entrantes que sortantes. En termes de régions d’origine, l’Ontario a expédié 43% plus de cargaisons, l’Ouest canadien a été en hausse de 36%, le Québec a gagné 49% et le Canada Atlantique a bondi de 60% mais avec des volumes totaux moins élevés. Quant aux régions qui recevaient les cargaisons, l’Ontario en a obtenu 31% de plus, l’Ouest canadien a connu une hausse de 36% (l’équivalent de ses gains de fret sortant). C’est le Québec qui a enregistré le plus fort gain, à 49%, tandis que le Canada Atlantique recevait 12% moins de cargaisons.

Poursuivant le mouvement haussier de février dans l’activité domestique au Québec et en Ontario en raison des mesures de confinement moins sévères, le corridor du Québec vers l’Ontario (+63%) occupe la position de tête en termes de hausse d’affichages de cargaisons en mars. Les mouvements de transport local en Ontario ont également été nombreux, en hausse de 41% par rapport à février. Le trajet de l’Alberta vers la Colombie-Britannique représente le troisième corridor domestique le plus occupé, avec 34% plus de cargaisons. Il est suivi de deux autres corridors de l’Ouest, soit celui de l’Alberta vers la Saskatchewan et le marché intérieur de la Colombie-Britannique. L’activité de transport de l’Alberta vers la Saskatchewan a plus que doublé par rapport à février, avec 121% plus de cargaisons, ce qui en fait le 24ème corridor le plus occupé sur Loadlink en mars.

Corridors en hausse

En mars, le corridor traditionnellement achalandé entre le Québec et l’Ontario a une fois de plus occupé la position de tête, tandis que le marché intérieur de l’Ontario était à la même position qu’en février, quoiqu’avec des gains plus marqués en termes de cargaisons. On a une fois de plus observé beaucoup plus d’activité transfrontalière entrante, le marché de l’Ontario recevant plus de marchandise et occupant le reste du Top 5 des corridors avec le plus de cargaisons.

  • Le marché sortant de l’Alabama s’est embrasé, avec les deux corridors affichant le plus fort pourcentage d’augmentation par rapport à février.
  • Des corridors transfrontaliers entrants ont occupé les 16 premières places des corridors avec la plus forte hausse de pourcentage d’affichages de cargaisons.
  • Parmi les corridors où on observe suffisamment de volume, 25 corridors ont plus que doublé leur nombre d’affichages en mars par rapport à février. À titre de comparaison, il y a seulement eu quatre corridors qui ont doublé leurs affichages en février par rapport à janvier.

Tableau 1 : Top 5 des corridors avec les plus fortes hausses de cargaisons en chiffres absolus

Corridors de marchés Classement Variation mensuelle des volumes de cargaisons
Québec – Ontario 1 +63%
Texas – Ontario 2 +77%
Ontario – Ontario 3 +41%
Ohio – Ontario 4 +43%
Géorgie – Ontario 5 +69%

*Chiffres basés sur les corridors avec au moins 500 affichages en mars. Le classement se base sur l’ampleur des hausses de cargaisons sur une base mensuelle, en comparaison avec tous les corridors apparaissant sur Loadlink (avec au moins 500 affichages).

Tableau 2 : Top 5 des corridors avec les plus fortes hausses de cargaisons en pourcentage

Corridors de marchés Classement Variation mensuelle des volumes de cargaisons
Alabama – Québec 1 +210%
Alabama – Alberta 2 +182%
Virginie – Québec 3 +178%
Oklahoma – Ontario 4 +176%
Missouri – Alberta 5 +156%

*Chiffres basés sur les corridors avec au moins 500 affichages en mars. Le classement se base sur l’ampleur des hausses de cargaisons sur une base mensuelle en pourcentage, en comparaison avec tous les corridors apparaissant sur Loadlink (avec au moins 500 affichages).

Illustration 1 : Top 10 des corridors en mars, par moyenne de cargaisons par afficheur avec variation mensuelle en pourcentage

Les corridors interurbains suivants ont connu des hausses notables des volumes de fret sur une base mensuelle. Avec de gigantesques hausses de volumes de cargaisons par rapport à février, le Top 100 des corridors interurbains de mars  compte encore plus de corridors dont le nombre d’affichages de cargaisons a aussi été à la hausse. Ainsi, 81 de ces corridors ont vu ces affichages augmenter sur une base mensuelle. Ça a aussi été le cas de 72 d’entre eux sur une base annuelle.

Tableau 3 : Corridors interurbains où les améliorations sont les plus notables

Corridors interurbains Hausse sur une base mensuelle Hausse sur une base annuelle
Houston (TX) – Montréal (QC) 164% 61%
Atlanta (GA) – Mississauga (ON) 121% 59%
Edmonton (AB) – Vancouver (BC) 102% 54%
Calgary (AB) – Winnipeg (MB) 44% 44%
Chicago (IL) – Toronto (ON) 36% 17%

Ratios moyens de camions par cargaison

En mars, la capacité s’est resserr