Published On: décembre 17th, 2020

Comme en octobre, l’Ouest canadien et l’activité de transport transfrontalière mènent la croissance du marché ponctuel au comptant de Loadlink en novembre

TORONTO – Le marché ponctuel au comptant canadien de Loadlink a été le théâtre de hausses quotidiennes et globales de 3% des cargaisons à transporter en novembre par rapport à octobre. Ce score amélioré encore une fois en novembre marque le septième mois consécutif de croissance positive, la plus longue poussée du genre depuis que Loadlink compile ces données. Le nombre de camions disponibles a été plus faible de 7%, en raison du long week-end de congé de l’Action de grâce aux États-Unis qui a eu un impact sur la capacité de transport. Sur une base annuelle, les volumes de cargaisons de novembre 2020 ont dépassé ceux de novembre 2019 d’un respectable 14%, les affichages de matériel roulant demeurant relativement stables avec un déclin d’un seul point de pourcentage.

De façon similaire au mois précédent, c’est l’Ouest du Canada qui s’est démarqué avec des volumes de cargaisons hors du commun, qui ont continué d’alimenter le transport domestique. La croissance du transport transfrontalier entrant a aussi contribué à atténuer les effets négatifs du coronavirus sur deux des plus importants marchés canadiens, dans un contexte où l’activité sortante était plus faible comparativement à octobre.

FAITS SAILLANTS DE NOVEMBRE

Le mois de novembre a débuté avec une transition en douceur des volumes de cargaisons de la dernière semaine d’octobre, ces volumes demeurant stables. Les volumes de cargaisons ont légèrement reculé au cours de la deuxième semaine en raison du jour du Souvenir (11 novembre). Cette journée-là, il y a eu 11% moins de cargaisons à transporter que la moyenne du reste de la semaine. Toutefois la troisième semaine de novembre a affiché la meilleure performance observée sur Loadlink depuis le début de la pandémie, puisque les volumes de cargaisons quotidiens moyens au cours de cette semaine ont grimpé de 13% par rapport à la semaine précédente. Ces forts volumes ont néanmoins décliné dans la même proportion – 13% – au cours de la dernière semaine du mois, en raison du congé de l’Action de grâce aux États-Unis.

Et bien que le dernier trimestre de l’année soit plombé par de nombreux congés des Fêtes à travers l’Amérique du nord, la croissance des volumes de cargaisons démontre la résilience de l’industrie du transport de marchandise dans son ensemble, malgré les resserrements et fermetures attribuables à la deuxième vague de COVID-19. Historiquement, les volumes de cargaisons de décembre ne suivent pas de trajectoire précise et pourraient se situer autant en territoire positif que négatif comparativement à novembre. Mais avec un déplacement plus marqué vers le magasinage en ligne et moins de cadeaux achetés en personne dans des commerces de proximité ou de grandes surfaces, le marché ponctuel au comptant du Canada pourrait connaître une hausse de son activité sur une base annuelle afin de répondre à cette demande accrue. Loadlink Technologies estime que les volumes de cargaisons augmenteront légèrement en décembre, la disponibilité en matériel roulant prenant le chemin inverse, mais de façon modérée.

Activité transfrontalière sortante

L’activité de transport sortant du Canada vers les États-Unis a poursuivi la tendance observée en octobre, avec un déclin mensuel (-8%) accompagné d’une baisse annuelle (-5%) comparativement à novembre 2019. La disponibilité de camions pour entrer aux USA a affiché une baisse moindre, de l’ordre de 4% sur une base mensuelle et de 3% sur une base annuelle. Toutes les régions du Canada ont livré moins de marchandise aux États-Unis provenant du marché ponctuel au comptant canadien. C’est dans l’Ouest canadien que la baisse a été la plus prononcée, à 14%. Le déclin a été de 7% en Ontario tandis qu’au Québec et dans l’Atlantique, la chute des volumes de cargaisons sortantes a été moins rude, à 4% et 3% respectivement.

Parmi les grands marchés américains où cette glissade a été la plus abrupte, on retrouve le New Hampshire, l’Arizona, l’Idaho, le Dakota du Nord et le Kansas, où en moyenne 35% moins de cargaisons ont été acheminées en provenance du Canada. Malgré cette morosité apparente, les marchés de la Caroline du Nord et de l’Alabama ont, de leur côté, accru de 21% et 23% respectivement le nombre de cargaisons commandées chez nous.

Activité transfrontalière entrante

La marchandise transfrontalière entrante destinée au Canada a fait bonne figure en novembre, avec des cargaisons en hausse de 10% par rapport à octobre et une embellie de 31% du nombre de cargaisons comparativement à novembre 2019. À l’opposé, les affichages de matériel roulant ont chuté de 11% sur une base mensuelle et de 6% comparativement à 2019. Outre l’Atlantique qui a connu des baisses d’affichages de 11%, toutes les grades régions canadiennes ont connu un rebond des volumes de fret entrant, l’Ouest canadien menant la parade avec 22% plus de cargaisons. La même tendance haussière a été observée au Québec et en Ontario, dans des proportions de 6% et 9% respectivement.

Parmi les marchés américains où les hausses de fret expédié au Canada ont été les plus marquées, on retrouve le Maryland, la Floride et l’Arizona pour un deuxième mois consécutif.  Ces trois États ont, en moyenne, acheminé 40% plus de cargaisons vers le Canada. Généralement, les trois marchés les plus actifs à cet égard sont la Californie, le Texas et l’Ohio. Des trois, l’Ohio a été le seul État où une baisse de volume (-7%) a été observée, 28% plus de cargaisons quittant la Californie à destination du Canada tandis que la hausse était de 10% au Texas.

Activité intra-canadienne

L’activité domestique sur Loadlink a une fois de plus connu une croissance, avec 6% plus de cargaisons qu’en octobre et 13% mieux qu’en novembre 2019. Tout comme en octobre, c’est l’Ouest canadien qui a été le théâtre de la poussée la plus marquée, avec une hausse de 24% des cargaisons domestiques en novembre.

Alors que le Québec et l’Ontario continuent de combattre les hausses récentes de cas de COVID-19, ces deux marchés ont respectivement transigé 9% et 6% moins de cargaisons domestiques.  Contrairement à octobre, l’Ontario a connu une faible hausse des cargaisons destinées à sa propre région (+2%) mais a été ralentie par une baisse des cargaisons provenant de la province (-13%). En novembre, les cargaisons provenant et à destination du Québec ont décliné de 4% mais les gains enregistrés sur le marché interprovincial le mois précédent ont été effacés par des pertes de 13%. Le Canada Atlantique a vécu une situation similaire à octobre, avec un autre mois où les cargaisons provenant de cette région et y étant destinées ont été 4% moins nombreuses.

Corridors en hausse

Les tableaux ci-dessous illustrent bien la solide performance de l’Ouest canadien pour un deuxième mois d’affilée, tant en termes d’activité intra-canadienne que transfrontalière entrante. Ce sont sur les corridors domestiques de cette région que les volumes de cargaisons ont le plus augmenté, comme ça a été le cas pour ses corridors transfrontaliers entrants. Une performance plus décevante en matière de cargaisons transfrontalières sortantes a fait en sorte qu’aucun de ses corridors n’apparaisse dans le Top 5 des corridors où les améliorations ont été les plus marquées par rapport à octobre. Le corridor transfrontalier sortant le plus vigoureux a été celui du Québec vers la Caroline du Sud, où sont passées 57% plus de cargaisons. Ce corridor a manqué le Top 5 de peu, s’inscrivant à la septième place.

Tableau 1 : Top 5 des corridors avec les plus fortes hausses de cargaisons en chiffres absolus

Corridors de marchés Classement Variation mensuelle des volumes de cargaisons
Alberta – Colombie-Britannique 1 +55%
Ontario – Alberta 2 +44%
Ontario – Colombie-Britannique 3 +56%
Californie – Ontario 4 +22%
Alberta – Manitoba 5 +84%

*Chiffres basés sur les corridors avec au moins 500 affichages en novembre. Le classement se base sur l’ampleur des hausses de cargaisons sur une base mensuelle, en comparaison avec tous les corridors apparaissant sur Loadlink (avec au moins 500 affichages).

Tableau 2 : Top 5 des corridors avec les plus fortes hausses de cargaisons en pourcentage

Corridors de marchés Classement Variation mensuelle des volumes de cargaisons
Californie – Alberta 1 +84%
Delaware – Ontario 2 +80%
Géorgie – Québec 3 +75%
Texas – Colombie-Britannique 4 +70%
Idaho – Ontario 5 +70%

*Chiffres basés sur les corridors avec au moins 500 affichages en novembre. Le classement se base sur l’ampleur des hausses de cargaisons sur une base mensuelle, en comparaison avec tous les corridors apparaissant sur Loadlink (avec au moins 500 affichages).

Illustration 1 : Top 10 des corridors en novembre, par moyenne de cargaisons par afficheur avec variation mensuelle en pourcentage

November AVG Loads Chart

Les corridors interurbains ci-dessous ont connu des améliorations notables de volumes de fret en novembre sur une base mensuelle. Le Top 100 des corridors continue de prendre du mieux, alors 10 nouveaux corridors ont connu des gains mensuels. Il n’y a pas eu de changement dans le nombre de corridors où les comparaisons sur une base annuelle ont été positives. Cela signifie que 85 corridors interurbains ont mieux fait sur une base mensuelle et que le même nombre (85) ont aussi eu une croissance sur une base annuelle. C’est dans le corridor Montréal-Toronto que les déclins ont été les plus marqués, attribuables aux fermetures et confinements additionnels décrétés en réponse à la résurgence de cas de COVID-19 dans ces deux marchés métropolitains.

Tableau 3 : Corridors interurbains où les améliorations sont les plus notables

Corridors interurbains Hausse sur une base mensuelle Hausse sur une base annuelle
Douglas (GA) – Montréal (QC) 248% 551%
Mississauga (ON) – Delta (CB) 224% 145%
Calgary (AB) – Richmond (CB) 195%254% 254%
Vilna (AB) – Gilroy (CA) 140% 970%
Mississauga (ON) – Winnipeg (MB) 91% 43%

Ratios moyens de camions par cargaison

En novembre, la capacité s’est resserrée de la façon la plus importante (-9%) depuis juin 2020, atteignant une valeur de 2,98 comparativement à 3,28 en octobre. C’est la première fois où le ratio camions par cargaison passe sous la barre des 3,00 depuis mars 2020, semblant indiquer une tendance vers une situation similaire à celle prévalant avant la pandémie en Amérique du Nord. Depuis le début de l’année, les affichages de camions sur le marché ponctuel au comptant de Loadlink ont atteint leur sommet en octobre, pour ensuite chuter en novembre à leur plus faible niveau depuis mars, contribuant à ramener la capacité de transport à un ratio plus sain. Sur une base annuelle, le ratio de camions par cargaison en novembre a été 13% moins élevé que son niveau de 3,43 affiché en novembre 2019.

À propos des indices Loadlink

Les données du Rate Index sont basées sur la moyenne des tarifs ponctuels au comptant payés aux transporteurs par les expéditeurs et courtiers en transport sur les corridors précis où les cargaisons sont transportées. Ces données indiquent également la capacité de transport en temps réel ainsi que son historique, en plus des ratios de camions par cargaison.

Les données du Freight Index procurent une vue d’ensemble de l’économie canadienne et sont une ressource de choix pour l’industrie du camionnage. Le Freight Index mesure de façon précise les tendances du marché ponctuel au comptant de transport de marchandise, puisque ses composantes proviennent d’environ 6 000 transporteurs et courtiers en transport du Canada. Ces données incluent toutes les données intra-canadiennes, transfrontalières et inter-États soumises par les clients de Loadlink.

À propos de Loadlink Technologies

Loadlink Technologies aide les compagnies de transport du Canada à optimiser les mouvements de marchandise par camion grâce à l’utilisation de sa technologie. Avec des décennies d’innovation audacieuse et par le biais de ses services modernisés de jumelage des cargaisons, l’entreprise aide ses membres à atteindre de meilleures performances d’affaires et des niveaux inédits de compétitivité, tout en offrant une expérience client inégalée.

Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.