Published On: mai 18th, 2020

Les volumes de cargaisons ont été en baisse mais le pire pourrait déjà être passé

TORONTO – Les volumes de cargaisons sur le marché ponctuel au comptant canadien de Loadlink en avril se sont avérés en phase avec les perspectives de la fin mars prévoyant une forte décroissance. Les volumes globaux de cargaisons dans le système ont décru de 56% par rapport au mois précédent, affichant une baisse de 38% en comparaison avec le mois d’avril 2019.

Faits saillants d’avril

La progression de la pandémie de nouveau coronavirus a continué de faire mal à l’industrie du camionnage, alors qu’il y a eu encore moins de marchandise à transporter. Alors qu’en mars les volumes ont été propulsés par le restockage des inventaires, cette dynamique s’est inversée en avril. Une demande quasi-muette s’est généralisée à travers l’Amérique du Nord, une « nouvelle normalité » dans les habitudes de consommation des ménages s’étant établie.

Les volumes de cargaisons ont décliné de façon constante dans toutes les régions du Canada, sans égard à leur statut transfrontalier, intra-canadien, entrant ou sortant du pays. Avec ces volumes en baisse, la disponibilité de camions a augmenté de 15% par rapport à mars. Le plus faible de nombre d’expéditions sous contrat, dû aux fermetures d’industries manufacturières, aurait poussé plus de transporteurs à se tourner vers le marché ponctuel au comptant dans l’espoir de rentabiliser leur excès de capacité. La réduction de cargaisons sur le marché ponctuel au comptant en résultant aurait fait en sorte que les transporteurs qui y sont davantage exposés affichent plus de leurs camions disponibles sur le système.

Des 100 corridors interurbains les plus achalandés sur Loadlink, seulement un quart d’entre eux (25) ont connu une hausse des volumes de cargaisons sur une base mensuelle. Les gains les plus marqués au cours du mois sont venus des marchés de l’extérieur tels que la Californie et la Floride. Ces importants marchés agricoles ont connu des pics saisonniers massifs, alors que les récoltes du printemps arrivées à maturité étaient prêtes à être exportées vers les grands marchés canadiens de Montréal et Toronto.

L’influence du caractère saisonnier de ce mouvement a pu être observée en comparant le gigantesque gain enregistré sur une base mensuelle à l’évolution plus modeste sur une base annuelle (ex. : Salinas en Californie vers Toronto en Ontario). À titre de référence, les corridors Salinas vers Toronto et vers Montréal ont connu des gains de 590% et 175% respectivement de mars à avril 2020. Cela a été un point fort du marché, qui est demeuré solide malgré les conditions économiques. Les cargaisons en provenance de Miami en Floride ont bénéficié de la transition saisonnière, mais moins qu’à la même période l’an dernier.

Bien que le marché ponctuel au comptant ait lourdement pâti en avril dans son ensemble, la saison des récoltes de fruits et légumes a fait grimper les volumes sur certains corridors. Les corridors ci-dessous ont connu des hausses de volumes sur une base mensuelle.

Corridor interurbain Hausse sur une base mensuelle Hausse sur une base annuelle
Salinas (CA) to Toronto (ON) 1579% 36%
Salinas (CA) to Montreal (QC) 4500% 134%
Miama (FL) to Toronto (ON) 40% -10%
Miama (FL) to Montreal (QC) 83% -31%
Santa Maria (CA) to Toronto (ON) 400% 215%
Fresno (CA) to Toronto (ON) 36% 16%
Edmonton (AB) to Richmond (BC) 130% 193%

Perspectives du début mai

Loadlink a observé des hausses constantes de volumes au cours de la première semaine de mai, en comparaison avec la dernière semaine d’avril. Contrairement aux variations mensuelles d’avril mentionnées ci-dessus, les augmentations de volumes sur les corridors interurbains canadiens ont été plus franches que sur les corridors transfrontaliers au début de mai.

Le corridor Calgary (AB) à Saskatoon (SK) a enregistré des hausses de volumes de 82% sur une base hebdomadaire. Parmi les autres marchés qui ont été plus occupés pendant cette semaine en particulier, on retrouve Winnipeg (MB) à Calgary (+65%), Toronto à Calgary (+50%), Toronto à Montréal (+32%) et Toronto à Winnipeg (+25%). Ces corridors ont connu un déclin mensuel moyen de 61% par rapport à mars mais ont commencé à faire mieux en entamant le mois de mai.

D’autre part, les marchés producteurs de fruits et légumes mentionnés plus haut que sont la Californie et la Floride ont connu des baisses avec l’arrivée du mois de mai. Après des bonds de géant en avril comme on peut le voir au tableau ci-dessus, les cargaisons de Salinas à Montréal ont décliné de 21% au cours de la première semaine de mai, tandis que les corridors reliant Miami à Montréal et Toronto ont perdu une moyenne de 43%. Le corridor de Salinas à Toronto a poursuivi sur sa lancée haussière, quoiqu’à un rythme de croissance beaucoup plus modeste, de 5% sur une base hebdomadaire.

Dans l’avenir rapproché, la réouverture de certaines installations de fabrication automobile devrait donner du tonus aux volumes destinés aux transporteurs desservant ce secteur d’activité. Alors que les gouvernements canadien et américain continuent à travailler sur un plan de reprise de l’économie, la perspective à court terme pour l’industrie canadienne du camionnage ne peut qu’être positive avec le redémarrage de l’industrie manufacturière.

Loadlink estime que les volumes de cargaisons d’avril pourraient avoir représenté le creux absolu de cette courbe baissière et que, au pire, les volumes de mai pourraient se maintenir à ce niveau, bien qu’avec un potentiel beaucoup plus élevé d’amélioration avec le redémarrage de l’industrie manufacturière, de la production de bien non essentiels et la réouverture de l’économie de façon générale. C’est le résultat de la meilleure adaptation de l’économie et des gouvernements aux impacts du coronavirus et de la prise de mesures de mitigation destinées à maintenir à la fois la santé, la sécurité et la stabilité tout en permettant à l’économie de se rétablir.

Ratios moyens de camions par cargaison

En avril, la capacité s’est accrue pour la première fois en six mois. Le ratio plutôt sain de 2,18 camions par cargaison en mars a bondi de 159% pour atteindre une valeur de  5,64 en avril. Sur une base annuelle, le ratio de camions par cargaison a été 49% plus élevé, comparativement au taux de 3,78 en avril 2019.

À propos des indices TransCore

Les tarifs de charges complètes par région peuvent être connus grâce à l’outil Rate Index de TransCore, tout comme les données historiques et en temps réel des volumes totaux de camions et de cargaisons, sans oublier les ratios de régions spécifiques, auxquels on peut accéder via le Posting Index de TransCore.

L’indice de fret canadien de TransCore mesure de façon précise les tendances en matière de transport de fret par camion. Les composantes de l’indice de fret sont recueillies auprès d’environ 5 600 entreprises de camionnage et courtiers en transport du Canada. Ces données incluent toutes celles soumises par les clients de Loadlink en ce qui a trait aux cargaisons domestiques, transfrontalières et inter-états.

À propos de TransCore Link Logistics

Recherchant un meilleur moyen de jumeler les charges de fret disponibles avec les camions, TransCore Link Logistics a créé en 1990 Loadlink, un plateau de cargaisons reliant courtiers, transporteurs, propriétaires-exploitants et flottes privées du Canada à une base de données en temps réel de 15 millions de cargaisons, d’expéditions et de camions, soit la plus importante du secteur. L’indice de fret canadien définit désormais le mouvement du fret sur le marché. La société fournit également à ses clients des solutions de répartition, les manifestes d’ACE/ACI , l’indice d’affichage, des solutions de crédit, de l’affacturage, des plateaux d’emplois de transport en ligne, un logiciel de kilométrage et plus encore.

Vous trouverez plus d’informations sur TransCore Link Logistics sur le site www.transcore.ca, @loadlink sur Twitter, sur YouTube, sur LinkedIn et sur Facebook.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.